Copy of Voyage

Le cinéaste japonais Kiyoshi Kurosawa est à l’honneur cette semaine avec une double actualité : un coffret 10 DVD revenant sur quelques films essentiels du maître du cinéma de fantômes et la sortie en salles le 8 mars de son œuvre française : Le Secret de la chambre noire.

le-secret-de-la-chambre-noire-poster-filmosphere-732x1024

Il n’est pas vraiment étonnant de voir Kiyoshi Kurosawa poser sa caméra en France avec Le Secret de la chambre noire. Entre le réalisateur japonais et la France, l’histoire d’amour cinéphilique dure depuis près de 20 ans. Dans la foulée d’une première sélection cannoise à la Quinzaine des réalisateurs avec Charisma en 1999, Les Rencontres internationales du cinéma et Les Cahiers du Cinéma lui consacrent une rétrospective au Forum des Images qui permet de découvrir une œuvre dense, éclectique et passionnante, déjà reconnu au Japon pour le glaçant Cure (1997). L’époque, marquée par le succès de Ring d’Hideo Nakata, est cependant à la J-Horreur et le cinéaste est remarqué grâce à ses films de fantômes, qui traversent le réel avec une séduisante étrangeté, de Kaïro (2001), inépuisable chef-d’œuvre ayant fait l’objet d’un remake américain produit par Wes Craven (le très dispensable Pulse en 2004) à Loft (2005) ou Retribution (2006), que pour ses œuvres inclassables et métaphoriques comme Charisma (1999).

Seventh_Code-p1Après Tokyo Sonata en 2008, et l’échec d’une co-production avec la Chine, le cinéaste se fait plus discret et c’est par le biais de la télévision qu’il revient avec la formidable série-somme Shokuzai, sortie chez nous au cinéma sous la forme d’un dytique. Il expérimente alors des formats divers, dont le clip musical, en collaborant avec Atsuko Maeda, ex-AKB48, pour le projet Seventh Code, qui débouche sur un moyen-métrage intéressant en forme de film d’espionnage à Vladivostock, inédit jusqu’à présent, mais à découvrir dans le coffret DVD édité par Condor Entertainement.

Dans le même temps, les fantômes de Kurosawa hantent de nouveau son cinéma, mais de tétanisant, ils sont devenus mélancoliques, et accompagnent plus les vivants qu’ils ne les hantent, aussi bien dans Real (2014) que dans Vers l’autre rive (2015). Alors qu’il est revenu depuis au thriller glauque et horrifique avec Creepy, il a tourné Le Secret de la chambre noire en France dans cette période transitionnel, où le fantastique apaise autant qu’il effraye.

Avec le plan, qui ouvre Le Secret de la chambre noire, sur un Transilien dont sort Tahar Rahim, Kiyoshi Kurosawa rassure les amateurs de son cinéma : on est incontestablement dans son univers, et que l’on soit en France plutôt qu’au Japon n’y change au fond pas grand-chose. Le décadrage sur les lignes électriques, l’arrivée du personnage, qui surgit comme s’il avait toujours été là, montrent que la force de la mise en scène du réalisateur s’adapte parfaitement à sa délocalisation. Tahar Rahim interprète Jean, qui s’apprête à devenir l’assistant de Stéphane (Olivier Gourmet), ancien photographe de mode, maintenant obsédé par le Daguerréotype, procédé qui permet de figer les portraits grandeur nature très réalistes, grâce à un temps d’exposition très long. Depuis la mort mystérieuse de sa femme, le photographe utilise sa fille Marie (Constance Rousseau) comme modèle dans une grande demeure qui semble receler des secrets.

Daguerrotype_Still_2

En remontant à l’origine de la photographie dans le pays qui a vu naître le cinéma, Kurosawa réussit à donner une dimension universelle à ses fantômes dans une greffe saisissante, aussi bien entre les deux pays qui nourrissent le film, qu’entre les deux facettes de son cinéma : horrifique et mélancolique, notamment dans une sublime scène d’apparition spectrale dans une serre. Un bel échange culturel en attendant la suite d’une filmographie passionnante avec l’imminent Creepy.

À voir :

• Au cinéma : Le Secret de la chambre noire de Kiyoshi Kurosawa. En salles le 08/03/2017.

• Retrouvez Kiyoshi Kurosawa sur Amazon.fr : Coffret frisson : Kairo – Charisma – Jellyfish – SeancesVers l’Autre RiveShokuzai – l’integrale (Pénitence)