wearex

We Are X – the death and life of X Japan

Christophe Landry du label Legacy (Sony) a présenté dimanche 5 mars le documentaire (réalisé par Stephen Kijak) projeté en avant-première dans une salle parisienne près des Champs-Elysées en présence de Yoshiki.

La production a commencé en octobre 2011, alors que X Japan préparait son concert au Madison Square Garden à New York aux États-Unis. Dès les premières minutes du documentaire, il est évident que la vie du groupe sera racontée au travers de Yoshiki, le pianiste, batteur et leader du groupe. Yoshiki annonce que sa mission est de faire connaître le groupe à l’international, en mémoire de Taiji et de hide – X Japan est l’héritage qu’ils ont laissé en quittant notre monde.

Le documentaire revient sur les événements marquants de la vie du groupe depuis sa création en 1982, bien que certains éléments soient lissés : il n’est pas forcément évident de se mettre à nu face à la caméra, et Yoshiki est mis plus en avant que les autres membres. Il apparaît déterminé dans ce qu’il dit être « sa mission » malgré les traumas qui ont ponctué sa vie et celle de X Japan : le suicide de son père quand il avait 10 ans, la séparation du groupe alors que Toshi rejoint une secte, la mort de hide ou encore celle de Taiji…

Le documentaire est ponctué de guests du monde de la musique et de l’entertainment (MUCC, Luna Sea, Glay, Marilyn Manson, Kiss, Stan Lee, etc.) et d’extraits d’interviews, de concerts ou d’archives provenant du groupe (photo de Yoshiki avec David Bowie, le tournage du clip Longing par David Lynch).

Après la projection (le documentaire dure environ 1 h30) c’est un Yoshiki discret et fatigué qui est venu répondre aux questions de ses fans. Il a parlé de ses influences musicales (Led Zeppelin, Kiss, Sex Pistols, Beethoven, Bach, David Bowie…), de sa capacité à utiliser la douleur physique pour oublier la douleur émotionnelle – ce qui « n’est pas très sain », a-t-il ajouté après – mais aussi d’un possible concert en France dans un futur proche (malgré la maladie de Pata et la santé fragile de Yoshiki). Avec une pointe d’humour, il a aussi révélé l’existence de nombreuses pistes jamais diffusées auprès du public qui « sortiraient probablement après sa mort ».

Dans l’ensemble, le documentaire est très bien réalisé (montage, images et extraits utilisés), et il peut toucher un public large et peu connaisseur de l’histoire du groupe.

Le CD de la bande originale est déjà disponible en version digitale. La version physique sera en vente dès le 7 avril.

We are X-01 We are X-024

Plus d’information sur le site officiel.
Cliquez sur ce lien pour visionner le trailer sur YouTube.

Le film sortira le 6 décembre. Pour l’occasion, on vous montre l’affiche française.

we are x-0612