Les méchants de la pop culture tiennent le haut de l’affiche 

affiche

Depuis quelques années, on assiste à un déclin d’Halloween en France, c’est cependant la fête préférée de beaucoup d’entre nous. Quel dommage de ne pas avoir d’évènements dignes de ce nom pour fêter fantômes, esprits et grands méchants comme il se doit !
Et voilà qu’une exposition débarque à Paris, au Dernier Bar avant la Fin du Monde plus exactement. Du 31 octobre au 27 novembre, l’association Les Curieuses Expositions propose une exposition de 26 artistes et des cycles de conférences sur le thème des méchants des cultures de l’imaginaire. Interview avec Amélie Cicarelli, créatrice de ce frissonnant projet.

1/ Peux-tu te présenter brièvement ? 

Moi, c’est Amélie ! Grande sentimentale et ayant un crayon dans la main depuis la naissance, je me suis dirigée vers des études artistiques. Un diplôme aux Beaux-Arts de Bourges, une licence en photographie à Paris VIII puis un Mastère Professionnel en Marché de l’Art Contemporain à l’IESA. À côté je danse, je fais de la photo, j’headbang à des concerts de métal ou pleure à des concerts baroques, et je lis de la poésie (surtout Rimbaud). Grande geek dans l’âme, j’ai voulu mêler mes passions, voici comment j’en suis venue à créer l’Antre ! Je suis souvent en convention, notamment avec le groupe de rock zombie Magoyond. Sinon, j’aime les lasagnes, les bobuns et la quiche lorraine.

jailafamecheeteinte
J’ai la flammèche éteinte

2/ Quel est la genèse du projet ? 

Cette exposition est dans un premier temps un projet étudiant de fin d’année. Afin de passer un titre certifié par l’état en tant qu’Experte en Marché de l’Art Contemporain, je dois réaliser un évènement (une exposition mais ça pouvait également être une vente aux enchères, une foire etc…) puis passer devant un jury pour présenter mon travail. Dans un second temps, je vois vraiment cette exposition comme un tremplin, une carte de visite, une façon de pouvoir dire « Hey regarde ce que je fais ! C’est cool ! ». Et surtout, c’est pouvoir aussi désacraliser le monde de l’art, montrer que des artistes geek ont leur place en galerie (on en a la confirmation avec Mr. Garcin par exemple qui est représenté à la galerie Arludik !) et dans un autre sens, proposer une lecture de l’art plus facile pour des personnes qui n’en sont pas adeptes. Oui, l’art contemporain ce n’est pas juste un mec qui a fait une trace rouge sur un tableau blanc, je vous assure.

3/ Comment as-tu sélectionné les artistes ? 

Ça n’a pas été de tout repos. Quelques-uns sont des amis, d’autres que j’ai connu grâce au podcast « Toile Secrète » que j’animais sur RadioKawa, certain dont je connaissais le travail depuis un moment. Quelques-uns m’ont été suggérés également. Mon choix se portait surtout sur la pratique de l’artiste. Chacun a son trait et sa « patte », et c’est ce que je souhaitais, pouvoir avoir un éventail large de propositions artistiques originales. C’est comme ça que l’exposition pourra vivre et avoir un rythme, grâce aux différentes techniques de chacun et par leur représentation du méchant. Dans l’Antre du Côté Obscur est un group show composé d’illustrations, de peintures, de sculptures et même de bijoux et vitrail ! Le plus impressionnant a été le fait que quasiment tous les artistes que j’ai contactés étaient partants pour l’aventure, c’est génial. Tous les artistes sont français, quelques-uns n’ont même jamais exposés. C’est un réel parti-pris que de vouloir aider de jeunes artistes à mettre en avant leur travail, et c’est quelque chose que j’aimerais continuer à faire dans ma carrière.

stay_puft_a_marshmallow_man-2
Stay Puft a Marshmallow Man

4/ Pourquoi ne pas faire l’expo dans une galerie mais dans un bar ?

Comme je le disais précédemment, je voulais atteindre un maximum de personnes et notamment ceux qui ne s’intéressent pas ou qui peuvent avoir quelques « préjugés » sur l’art. Je voulais une exposition ouverte et populaire. Donc qui dit pop-culture dit Dernier Bar avant la Fin du Monde ! Aucun autre endroit pour ce premier opus n’était à mon sens meilleur. J’aimerais par la suite faire tourner cette exposition, qu’elle devienne itinérante en France (et pourquoi pas à l’international !), dans des bars mais pas que ! Librairies, conventions, salons… et là nous pourrons surement prétendre à contacter des galeries pour enfin faire entrer un peu plus facilement artistes et spectateurs dans le monde l’art.

5/ Quelles étaient les directives données aux artistes ?

Les artistes devaient ne présenter qu’une seule œuvre originale et spécialement faite pour l’occasion. Cette œuvre ne devait pas dépasser 75 x 110 cm (vu qu’il y a 26 artistes et que le bar ne peut pas pousser les murs, il fallait restreindre un minimum les dimensions des œuvres). Puis, les artistes devaient choisir leur méchant de pop-culture favoris, en tout cas celui qu’ils voulaient absolument représenter artistiquement. Nous avons beaucoup de choix ! Et, pour vous spoiler un peu, nous n’avons pas de Dark Vador, sorry.

6/ Quel futur envisages-tu pour cette exposition ? 

Eh bien, le succès !
Plus sérieusement, j’aimerais vraiment que cette exposition puisse un peu vivre et se déplacer en France. Pourquoi pas dans d’autres bars geeks (je pense notamment au Dernier Bar avant la Fin du Monde de Lille), sur des conventions comme le Herofestival, le Magic ou même la PCE, dans des librairies… Bref, pleins de potentiels lieux qui peuvent accueillir la suite ! Également, pouvoir contacter d’autres artistes pour qu’ils puissent rejoindre l’aventure ! Je suis certaine qu’il y a énormément de talents qui se cachent ou que je ne connais pas encore. Avec l’association Les Curieuses Expositions (avec qui je collabore pour monter des évènements artistiques) nous sommes d’accord pour dire que l’Antre est un gros projet qu’il faudra alimenter au fur et à mesure. Nous avons d’autres idées d’expositions, geek ou non, mais l’Antre reste pour l’instant notre GROS projet.

7/ Un petit mot pour nos lecteurs ? 

Chers lecteurs, si vous êtes en train de monter un évènement, tout type soit-il, surtout n’abandonnez pas ! C’est difficile, c’est beaucoup de travail, c’est du stress… Mais c’est aussi beaucoup de bonheur ! J’avoue être un peu work addict, à toujours faire des milliards de projets à la fois (non parce qu’au-delà de l’Antre je fais encore de la photo, je suis en stage jusqu’à fin décembre 2016 et je prépare mon passage de jury… pour ne dire que ça), mais je vous assure que tout ce que vous faites, ça vous apporte et vous apportera plus tard. C’est grâce à ce genre de projet qu’on s’enrichit, qu’on apprend à travailler avec les autres, qu’on apprend à se gérer (alors que ce n’est pas du tout évident) et qu’on apprend à ne pas baisser les bras.
Soyez fiers de ce que vous faites ! D’ailleurs, là vous êtes en train de lire Japan LifeStyle, vous pouvez en être fiers c’est certain 😉

 

Dans l’Antre du Côté Obscur : Les méchants dans la pop culture, du 31 octobre au 27 novembre 2016 au Dernier Bar avant la Fin du Monde, 19 avenue Victoria, 75001 Paris. Entrée libre. Vernissage le 3 novembre.