En classe de troisième, un stage d’observation est mis en place une semaine dans l’année. Ainsi, du 15 au 19 février j’ai eu l’opportunité de faire cet « exercice à la vie active » dans les bureaux du magazine Japan Lifestyle qui fait partie d’AM Media Network. Mon choix s’est tourné vers le monde de la presse car ma curiosité m’a amenée à vouloir découvrir ce qui se cachait derrière ces 112 pages.

En plus d’être intriguée par le design et la mise en place des 20.000 exemplaires du magazine trimestriel, la culture pouvant être apportée par les recherches sur le Japon m’était importante. De ce fait, chaque jour de 10H à 16H, différentes taches m’ont été proposées, de la lecture d’article aux visionnages de vidéos de la chaîne Youtube de toco toco, en passant par des recherches d’actualités japonaises, de mise en place d’une double page après la découverte d’un logiciel de design et d’écriture de courts articles sur mes recherches, etc. J’ai aussi eu la chance d’assister à une séance photo pour la catégorie cosmétique du prochain numéro, et de rencontrer d’autres personnes nécessaires à la mise en place de ce dernier.

De nombreuses explications m’ont été fournies sur la manière de créer et d’éditer le périodique féminin sur la culture de l’archipel Nippon. J’ai fait grâce à toutes ces activités de nombreuses découvertes sur une culture dont j’avais une connaissance visiblement lointaine. Cette civilisation a réussi à m’intéresser durant cinq jours en m’offrant ses nombreux secrets. Les cafés aux imprimantes 3D, le restaurant où l’on peut déjeuner avec un reptile posé sur les genous, les endroits féeriques du Pays du Soleil Levant (etc.) ont été des découvertes inattendues et enrichissantes.

En plus de la culture apportée, j’ai eu la chance de voir comment est mis en place un véritable magazine, le design des pages, la communication avec les rédacteurs, photographes, marques, et autres nécessaire à la création, la vente. En bref, l’envers du décor. J’ai été surprise plusieurs fois ; en effet les idées que j’avais concernant la création d’un magazine sont en réalité très différentes de la réalité. Je me posais beaucoup de questions sur les manière de trouver des articles, sans me douter qu’une partie d’entre eux était des créations extérieures provenant d’autres membres que ceux de la rédaction, comme des rédacteurs généralistes ou des pigistes. Contrairement à ce que je pensais, la partie design est très stricte ; la charte graphique à laquelle le maquettiste doit faire attention pose certaines contraintes dont je n’étais pas consciente. Toutes les choses que j’ai apprises m’ont réellement ouvert les yeux, autant sur une culture que sur la mise en place de cette parution, et mon observation a été très enrichissante et constructive.

– Mathilde