24 janvier – Préfecture de Tottori

logoP1160277

La tempête a recouvert la ville d’une épaisse couche de neige. Quel silence ! Contre toute attente, notre bus part comme prévu à 9h du matin. Direction : la fameuse dune de Tottori. Dans le centre d’accueil du parc national, un employé très pédagogue nous initie aux mécanismes de formation de la dune et des petites vaguelettes que le vent fait apparaître à sa surface. Ces lignes ondoyantes, où jouent les ombres et la lumière, ne seront pas visibles aujourd’hui, dissimulées sous le manteau neigeux. La télévision japonaise est déjà sur place pour filmer cet événement exceptionnel. Certains d’entre nous ne sont pas bien équipés et redoutent l’ascension de la dune. Nos pieds s’enfoncent dans la poudreuse. Le ciel est bleu mais nous pressons le pas pour vite atteindre le sommet. Le panorama est à couper le souffle. De puissantes vagues échouent sur le rivage, mêlant leur écume à la neige qui recouvre la plage. Une soudaine tempête nous oblige hélas à déguerpir. Nous montons dans le bus, frigorifiés.

logoP1160349

À cinq minutes des dunes, le musée Watanabe présente l’une des plus belles collections d’armures de samouraï du Japon.

Nous déjeunons dans une gargote du port de Karoku. Le poisson cru est d’une extrême fraîcheur. Petit tour au marché où les crabes sont à l’honneur. Au même titre que la poire nashi, c’est l’une des spécialités de la préfecture de Tottori. Sa pêche n’est autorisée que l’hiver.

lOGOP1160389

De nouveau nous longeons la mer. D’impressionnantes quantités de neige subliment le paysage. Quand nous arrivons dans la ville de Kurayoshi, la température a encore chuté. Nous parcourons les rues désertes où le temps semble s’être arrêté. Certains reconnaissent immédiatement une ruelle longeant un ruisseau et des entrepôts blanchis à la chaux. Elle a inspiré l’une des célèbres planches de Quartier lointain de Taniguchi, originaire de Kurayoshi. Dans l’échoppe d’un fabriquant de saké, nous goûtons à la dernière « cuvée », non filtrée. Le saké se fabrique en hiver. Non loin de là, de larges portes coulissantes s’ouvrent sur la boutique ancestrale d’un fabriquant de shoyu, la fameuse sauce soja indissociable de la cuisine japonaise, conçue au départ pour atténuer le goût du poisson…

Il fait nuit et il neige abondamment lorsque nous arrivons à Misasa, petit village perdu dans la montagne. Les ryokan longent la rivière fumante.

 

 

Sophie Gallé Soas
JED_LOGO 01