La mystérieuse profession de geisha ne cessera apparemment jamais de fasciner l’occident ! Alors qu’il y a quelques jours, nous vous parlions de l’exposition de photographies de Yasuo Nakayama qui se déroule en ce moment même à Paris, et qui s’interroge sur l’avenir du statut de geisha, ce sont aujourd’hui les éditions Philippe Picquier qui nous proposent un magnifique livre agrémenté de photographies retraçant le parcours d’une jeune maiko, en suivant ses années de préparations pour accéder au rang tant convoité de geisha.

414bm5tVn+L

Résumé “Koyoshi de Kyoto raconte le long et difficile chemin qu’elle suit avec patience, et enthousiasme, pour devenir geisha. D’abord il faut changer de nom, comme pour une nouvelle naissance. Quitter ses parents, dès la fin du collège, pour aller vivre dans un yakata, une maison du quartier des geishas. Accorder sa parure aux saisons, maîtriser mille aspects du geste et de la posture qui confèrent politesse, douceur et raffinement. Les fêtes rythment la vie du quartier des geishas et les arts, la musique et la danse, sont au coeur de leur existence. Plus qu’une profession, c’est un art de vivre, fondé sur l’attention portée aux moindres détails de l’être.”

C’est une promenade, presque une visite guidée dans le monde très fermé des geisha que nous livre avec une certaine pudeur Koyoshi de Kyoto. Bien plus, c’est avant tout un récit poignant et empreint d’humilité sur le parcours rigoureux et semé d’embûches d’une jeune fille de 15 ans, qui quitte le nid familial pour suivre une formation complexe. Il lui faudra non seulement maîtriser une multitude d’arts (comme la danse, la cérémonie du thé, la musique, ou la peinture…), mais plus encore elle devra apprendre “l’attitude d’une geisha” : savoir quelle posture et intonation de voix adopter, parvenir à créer une harmonie dans ses vêtements (tout en étant en accord avec les saisons et événements auxquels elle se rend)…

Dans cette profession en voie de disparition, où seules les plus renommées survivent,  il lui faudra apprendre encore et toujours afin de devenir l’une des meilleures du quartier. C’est donc un récit animé par la passion qui nous est aujourd’hui offert. Le tout étant richement documenté à l’aide de photographies intimistes mettant en avant le quotidien hors du commun de ces jeunes apprenties. 

Information:
Maiko, Journal d’une apprentie Geisha
De Koyoshi de Kyoto – Traduction : Chika Odaka-Pochard
Edition: Philippe Picquier
Paru : le 4 février 2016
160 pages – grand format – 16,50 euros

Source: Philippe Picquier