Notre petite soeur (Umimachi Diary), le dernier long-métrage du réalisateur japonais Hirokazu Kore-eda, est sorti en France le 28 octobre 2015 dernier. C’est une adaptation des mangas Kamakura Diary de Akimi Yoshida.

566337

Hirokazu Kore-eda retrace l’histoire de Sachi, Yoshino et Chika, trois soeurs, qui à la mort de leur père rencontrent et invitent leur demi-soeur et cadette, Suzu, à vivre avec elles à Kamakura. Ce sont Haruka Ayase, Masami Nagasawa, Suzu Hirose et Kaho qui donnent au film toute sa profondeur. Elles sont loin des clichés habituels des japonaises et interprètent des femmes aux caractères biens définis, qui mûrissent. Pendant une heure trente, on nous raconte une année de la vie des quatre femmes avec légèreté sans pour autant rendre le film inconséquent ou pénible à regarder. La richesse de ce long métrage réside dans ses personnages secondaires. Ils permettent de faire avancer l’arc narratif, tout en permettant d’approfondir les thèmes principaux du film qui sont celui de la famille et de la maison. Avec Tel père, tel fils (2013), Hirokazu Kore-eda traitait déjà les liens du sang. Avec Notre petite soeur, il va plus loin et aborde la question des relations établies amicales et dans le cadre du travail. Il pause une fois encore la question de ce que peuvent-être les liens familiaux. Si à certains moments on peut trouver quelques longueurs, la vivacité des personnages et la mise en scène nous donne envie d’avancer dans le récit et d’en savoir plus. La photographie est magnifique et les amoureux du Japon trouveront leur compte avec ce film. Le quotidien exploré sous tous ses aspects par l’auteur et réalisateur s’inscrit parfaitement dans la filmographie de Hirokazu Kore-eda. A mon sens un des films à voir si l’on aime le japon et que l’on est passionné de cinéma.

 

 

 

Marion C.