chihayafuru-mv

Le célèbre manga de Yuki Suetsugu se voit offrir une adaptation en film live pour le printemps prochain. Et à l’occasion de la sortie du nouveaux trailer, nous voulions revenir sur le phénomène Chihayafuru.

Synopsis: Chihaya a un seul but dans la vie : devenir championne mondiale de karuta, jeu de carte traditionnel japonais ! Cette passion remonte à l’époque du collège où elle jouait en compagnie de ses amis d’enfance Arata et Taichi. Aujourd’hui au lycée, Chihaya continue à gravir les échelons du monde professionnel du jeu, nourrissant l’espoir de croiser à nouveau celui qui lui a communiqué son amour du jeu, Arata ! D’entraînements en compétitions, des liens forts vont se lier entre les membres du club créé par Chihaya, et chacun se découvrira des capacités insoupçonnées.

Le manga de Yuki Suetsugu, qui est publié depuis le mois de décembre 2007 dans le magazine Be Love, est toujours en cours et compte actuellement 29 tomes dans sa version reliée. En 2009, le manga remporte le prix “Manga Taishô”, ainsi que le prix “Kôdansha Manga Shô” en 2011. Fort de ces succès, Chihayafuru se voit adapter en anime par le studio Madhouse, en octobre de la même année.

Aujourd’hui c’est au tour du cinéma de s’emparer du phénomène, avec une version live qui devrait être composée de deux films réalisés par Norihiro Koizumi. La première partie devrait sortir le 19 mars 2016 au Japon, alors que la deuxième est prévue pour le 29 avril.  

Le Jeu Karuta: C’est un jeu de carte japonais traditionnel. Le mot “karuta” est une déformation du mot portugais “carta”, qui désignait les jeux de cartes importés par les navigateurs occidentaux dans les années 1540. Il existe en réalité deux types de cartes de karuta,  les uta-karuta et celles du iroha-karuta.

Uta-karuta est un jeu basé sur les Hyakunin isshun (cent poèmes de cent poètes), célèbre compilation de poèmes classiques japonais. C’est le traditionnel jeu du premier de l’an au Japon, qui se base sur la mémoire. Se déroulant en deux temps, un orateur lit la première partie d’un des cent poèmes constituant le Hyakunin isshu, puis les joueurs doivent reconnaître le plus rapidement possible la carte correspondant à la deuxième partie du poème parmi les cartes placées entre eux.

Iroha-karuta provient du poème fameux iroha-uta (Chant de l’iroha). C’est la traduction en Japonais d’un hymne du sutra du Nirvana, écrit vers le Xe siècle par un inconnu. Il a la particularité d’être composé avec l’intégralité des caractères du syllabaire hiragana (dont chacun n’est employé qu’une seule fois dans le poème). C’est un jeu qui est fréquemment utilisé par les personnes apprenant le Japonais afin de mémoriser le syllabaire.

Kyôgi Karuta, pour les compétitions, comme il est question dans le manga, on utilise une variante du jeu Uta-Karuta. Cette version codifiée du Hyakunin isshun n’utilise que la moitié des cartes et elle n’oppose que deux adversaires à la fois.

La popularité de Chihayafuru est telle au Japon que depuis sa sortie, les compétitions de karuta connaissant un vif regain d’intérêt auprès des jeunes générations, dont les participants sont de plus en plus nombreux. Mais le manga a également su toucher un public international, voyant éclore des écoles de karuta aux quatre coins du monde. Une association nommée Karuta France, entièrement dédiée à ce jeu, a même vu le jour en France en 2012 et propose depuis de nombreuses initiations à travers le pays. 

Quand au manga, il est publié en France depuis 2013 aux éditions Pika, le tome 15 devrait sortir le 15 février prochain.