1421

Vous le savez sûrement les Japonais sont de grands amateurs de mascottes en tout genre, il n’y a qu’à voir le succès des petits personnages tels que Rilakkuma ou Hello Kitty pour s’en convaincre.

Depuis 2010, le Yuru Yuru Grand Prix décerne tous les ans le prix de la mascotte de l’année à des personnages qui représentent une ville ou une préfecture japonaise. Si le motif de cette élection peut paraître ludique, elle est prise très au sérieux, car elle peut avoir de véritables retombées commerciales et touristiques pour le grand vainqueur. Ainsi donc ce ne sont pas moins de 1727 mascottes qui ce sont présentées fin novembre pour concourir pour le titre de mascotte de l’année 2015.  

Voici donc les trois gagnants :

1ere place : Ieyasu de la ville d’Hamamatsu dans la prefecture de Shizuoka.

ieyasukun officiel

Ieyasu-Kun est une version caricaturale du célèbre shogun Ieyasu Tokugawa, qui vécut dans cette ville et qui reste aujourd’hui encore l’une des personnalités historiques les plus marquantes de l’histoire du Japon. Son costume est un pêle-mêle des spécialités d’Hamamatsu, qui ont fait sa réputation. Ainsi on retrouve sur sa tunique des touches de piano, car la ville compte un grand nombre de manufactures de cet instrument comme Yamaha ou Kawai, ce qui lui vaut le surnom de “cité de la musique”. Sur sa poitrine l’on peut voir des badges en forme de mandarine, qui font également la renommée de la ville. Quant à ses cheveux, ils représentent une anguille, autre spécialité locale. Enfin les couleurs bleues et vertes de sa tunique évoquent la rivière, le lac et les forêts qui composent en grande partie le paysage d’Hamamatsu.  

 

2eme Place : Mikyan de la préfecture d’Ehime

mikyan officiel

 

Il gagne une place par rapport à l’an dernier.  Cette adorable mascotte revêt l’apparence d’une souriante mikan (mandarine) , la grande spécialité de la ville.

 
3eme Place : Fukachan de la ville de Fukaya dans la préfecture de Saitama.

fukachan officiel

Il perd la place gagnée par Mikyan. C’est un petit animal à mi-chemin entre le cerf et le chien. La forme de sa drole de tête s’inspire des cèlébres oignons qui font la renommée de la ville.

 
Information :  http://www.yurugp.jp/