On les croyait disparues de la surface de la terre depuis le milieu des années 2000, terrassées par trop d’UV, de mèches fluos, et de chorégraphies épileptiques dans un monde célébrant à nouveau la pâleur fantomatique, la fragilité timide et les colorations plus naturelles, mais la résistance ganguro s’organise !

BD_01

Alors que le Harajuku-kei s’estompe à coup de « normcorisation » de la mode tokyoïte, noyée depuis quelques années par le raz-de-marée fast fashion (H&M, Forever 21, dé-ringardisation d’Uniqlo…) et empilant depuis couche de casual sur couche de casual, le retour des influences 90’s dans la mode, qui a surtout permi de multiplier les chemises trop grandes et les vêtements troués, est aussi l’occasion idéale pour les dernières représentantes de la culture gyaru/ganguro de la fin du millénaire de faire parler d’elles en dehors des rayons du d.i.a du Shibuya 109.

Outre leurs spectaculaires (mais sporadiques) rassemblements dans les rues piétonnes de Shibuya, le collectif Black Diamond, qui milite pour l’union des « faces noircies » (i.e. ganguro) de tous les pays dans la joie, les couleurs qui piquent les yeux, les imprimés animaliers, et le nail art bling-bling si cher à Koda Kumi, a ouvert son QG en 2013 : le bien nommé « Café & Bar GANGURO » qui, sur le modèle des maids cafés et autres cafés à chat/hibou/chèvre, vous permet de profiter de leur compagnie dans leur habitat (quasi) naturel  pour la modique somme de 1500 yens les 90 minutes ; les tarifs grimpent rapidement pour profiter des ateliers maquillage et des shows de parapara, cette danse qui séduira sans difficulté les nostalgiques de Mylène Farmer et/ou de l’eurodance.

Trois ans plus tard, toujours en lutte contre la multiplication des ternes New Balance, bonnets bleus marine, et du noir des sacs Manhattan Portage dans les rues de la capitale, le groupe se tient prêt à envahir les salles de cinéma l’été prochain dans dans Kuroi Hôdô ❤ (Troubles noirs ❤) réalisé par Kenichi Ugana (Into the White Night) et distribue par Spotted Productions (100 yen love, Koi no Uzu…).

En attendant une bande-annonce qui promet d’être colorée, nous vous recommandons le mini-reportage de Tracks qui leur est dedié : tracks.arte.tv

Black Diamond

Pour plus d’informations fluos et zébrées :
Site officiel (ja) : blackdiamond.jp
Facebook (ja) : GalUnitBlackDiamond
Cafe & Bar GANGURO : ganguro.jugemcart.com

Source/Photos : blackdiamond.jp / fashionsnap.com / Kotaku