Comment partir du Japon avec joie et décontraction ?

Cette question me travaille depuis que je vois défiler les heures de plus en plus vite. Cette semaine aura été intense en découvertes et en émotions. Ni Chung Hee, ni moi n’avons vraiment envie de rentrer maintenant.

Pourtant il s’agissait d’un voyage de presse, avec pour objectif de se renseigner sur la région de Sado. Nous avons rempli notre mission : récolter assez d’informations pour nourrir un dossier spécial que vous découvrirez dans le prochain numéro de Japan Lifestyle. Interviews, images exclusives de Chung Hee, informations pratiques… Vous y retrouverez tous les détails nécessaires pour vivre, à votre tour, un magnifique voyage hors des sentiers battus au Japon.

Notre mission accomplie, il faut donc rentrer ! Mais hors de question de s’éclipser discrètement, pour ce dernier article nous avons décidé de faire les choses biens et de vous parler de ce que vous aimez probablement le plus au Japon : de la cuisine, bien sûr !

Pour cela nous faisons une dernière escale sur notre route, à 30 minutes en train local de Nagano : Obuse. Cette ville touristique, appréciée des Japonais, est tout ce qui se fait de plus « joli ».

villageobuse

jardinobuse

On peut même se balader dans les jardins privés des particuliers lorsqu’on voit cet écriteau :

jardinpanneau

Depuis une quinzaine d’année, la ville a fait des efforts particuliers pour attirer les touristes. Le bus, par exemple, s’arrête aux portes de la ville pour qu’elle puisse rester piétonne et calme.

Je dirais qu’Obuse a deux principaux points forts : Hokusai… Et les châtaignes !

Car ces ruelles charmantes cachent une magnifique collection d’estampes d’Hokusai lui même. Quand je pense que l’on a fait 3 heures de queue à Paris pour en voir moitié moins au Grand Palais… Bien sûr, il est impossible de faire des photos dans le musée lui même, mais faites nous confiance : vous verrez parmi les plus beaux dragons, geishas et scènes de la vie quotidienne du Maître.

Grâce à l’aide d’un mécène local, Hokusai (1760-1849) passa à Obuse les dernières années de sa vie. On peut même visiter la maison traditionnelle dans laquelle il a vécu.

maisonhokusai

Mais je vous ai promis de parler nourriture et je tiendrai ma promesse, car Obuse se veut comme une petite ville où il fait bon vivre et surtout manger ! Dix pâtisseries travaillent ensemble pour garantir le meilleur accueil possible aux gourmands de tout le Japon : crème de marron, Monts-Blanc crémeux à souhait, châtaignes rôties… On fait la queue en s’inscrivant sur des listes d’attentes pour les pâtisseries de chez Obusedo.

cuisinemontblanc

montblanc

Plutôt bec salé ? Pas de soucis, on a photographié pour vous les cuisines ouvertes du restaurant The Club. Il s’est fixé pour mission de restituer l’ambiance originale de cette ancienne cantine, qui servait aux ouvriers des usines de saké locales, une cuisine simple. En accord avec cette ambiance, on y sert aujourd’hui du porc cuit… au saké bien sûr ! Un délice.

cuisinierobuse

cuisineobuse

Un petit verre pour faire passer le tout ? Ça tombe bien, on trouve à la vente d’excellents sakés, jusqu’à 100 euros la bouteille – mais rassurez vous, on trouve aussi des produits moins luxueux. A la Masuichi-Ichumura Sake Brewery, prenez le temps d’une petite dégustation, y compris si vous n’aimez pas (encore) le saké ! On y découvre la richesse de ses arômes et chaque bouteille offre une sensation tout à fait différente.

Petite astuce : demandez du sel et buvez votre saké « tek paf », les sensations au palais sont complètement différentes ! On peut même demander différents type de sel !

saké

Encore un peu de place ? Je suis sûre qu’il vous reste un peu de place… « Ginya Shoku Dô », un restaurant de ramen à Nagano, devrait vous combler au delà du raisonnable. Je n’ai tout simplement jamais mangé d’aussi bons ramen. Ces nouilles et gyoza sont définitivement entrés au panthéon de ma mémoire culinaire. Un bouillon parfumé, une boulette de porc épicée, des nouilles fermes et fondantes…

cuisineramen

ramen

Nous sommes ravis d’avoir pu vous faire découvrir cette région encore trop inexplorée du Japon. Sado reste dans notre esprit comme une île sauvage et accueillante, Kusatsu Onsen et ses bains chauds nous manquent déjà, tandis que nous digérons encore notre escale dans la région de Nagano. Quant aux paysages de la route des Alpes Japonaises, est-il besoin de préciser qu’on ne les oubliera jamais ?

Nous avons voyagé beaucoup, vite, trop vite sûrement pour prendre la vraie mesure de la richesse de cette partie du pays. Nous vous encourageons donc à prendre vous-même la route, partir à l’aventure. De toute évidence, vous ne le regretterez pas.

L’accueil des Japonais est peut-être ce qui restera le plus longtemps dans notre esprit. Alors bien sûr, une grande partie du temps, on a l’impression d’être un effroyable rustre. Mais quand enfin on parvient à rire tous ensemble autour d’un verre de saké ou d’un chabu-chabu, on se dit que tous ces efforts pour se fondre dans le décor en valaient bien la peine.

En attendant le retour de Japan Lifestyle au Japon, n’hésitez pas à venir raconter vos propres expériences et projets de voyage en commentaires sur notre page Facebook. Entre passionnés, on se comprend !

Crédit photo Chung-Hee Jee
Retrouvez-le sur les réseaux sociaux !
Facebook / Twitter / Instagram / Tumblr