liv-8652-oreiller-d-herbe

 

En parlant de son oeuvre, le romancier japonais disait : “Je ne crois pas qu’un tel roman ait déjà existé en Occident. Il ouvrira de nouveaux horizons à la littérature”. De fait, Oreiller d’herbes est aujourd’hui considéré comme l’un des chefs-d’oeuvre de la littérature japonaise du XIXe siècle, et se voit offrir en cette fin d’année une nouvelle édition illustrée ainsi qu’une traduction revue par Elisabeth Suetsugu.

Ce texte d’une poésie absolue, que l’auteur lui même nommait son “roman-haiku”, tient une place particulière dans l’oeuvre de Sôseki ; faisant figure de manifeste poétique et esthétique, il s’interroge sur la place de l’art dans la société. Le récit nous invite à suivre le voyage d’un jeune peintre parti s’isoler à la montagne pour fuir les passions et l’agitation de la ville. Il trouve refuge dans une auberge délaissée des voyageurs, que seuls quelques irréductibles habitués continuent à la fréquenter. Ceci, aux travers de discutions avec eux, va lui permettre d’alimenter sa réflexion sur l’art et la création. Les descriptions présentes dans le livre sont de véritables invitations à s’adonner à l’art contemplatif.

Mais le gros atout de cette nouvelle édition, ce sont bien évidement ses illustrations d’une infinie délicatesse, déjà présentes dans l’édition japonaise de 1926 composée de trois rouleaux où figurait le texte entièrement calligraphié. Et si aujourd’hui le texte est en caractères d’imprimerie, les illustrations restent de toute beauté.

Voici donc une belle occasion de redécouvrir le roman culte de l’un des plus grands écrivains de l’ère Meiji.

Information:
Oreiller d’herbe de Natsume Sôseki
Editeur: Philippe Picquier – Traduction: Elisabeth Suetsugu
Paru: le 20 octobre 2015
200 pages – 23 €
Lien : http://www.editions-picquier.fr/catalogue/fiche.donut?id=1017&cid=