Descente de l’avion ce midi à Haneda. Après un long vol depuis Francfort, je tente de convaincre mon cerveau qu’il est bien midi et non pas 7h du matin. Pas facile. Chung-Hee s’en tire beaucoup mieux, il mitraille déjà l’aéroport et le Monorail qui nous conduit à Tôkyô.

photo1-article1

Chung-Hee est photographe. Ce sera aussi mon partenaire, tout au long de cette aventure nippone. Il y a quelques jours encore, on ne se connaissait pas et pourtant nous avons accepté de relever ensemble un défi ambitieux : moi au clavier, lui à la photo, nous voulons vous attirer dans des contrées lointaines, loin du fameux axe Tôkyô-Kyôto ! Quelles contrées ? Vous le saurez bientôt, bande de petits curieux !

Pour ce soir, c’est à Tôkyô de s’exhiber sous nos yeux gourmands.

C’est le premier voyage au Japon de Chung-Hee. Je veux lui faire découvrir tout ce qui m’a émerveillé, mais j’ai peu de temps… J’opte pour la manière forte : au programme une plongée sans transition au coeur de Shibuya !

C’est un peu cliché de commencer par là, mais c’est encore le meilleur moyen de profiter de la fin d’après-midi que nous avons. Et puis l’énergie très particulière du lieu devrait inaugurer notre voyage comme il se doit ! Les plus pressés d’entre-vous, en escale à Tôkyô par exemple, peuvent donc eux aussi suivre ce petit parcours sans crainte.

Depuis la station Harajuku nous descendons Takeshita Dori. Cette célèbre artère commerçante et loufoque est envahie par une foule de pré-adolescentes ultra-lookées et de boutiques aux devantures criardes. Il est de bon ton d’y manger une de ces fameuses crêpes fourées de crème, fruits, bouts de gâteau…

De Takeshi Dori, une petite marche sous les lumières de la ville nous entraîne à Shibuya où le fameux Crossing fait son show sous l’oeil patient d’Hachiko, petite statue de chien, mascotte du quartier.

Luttant contre le jet-lag et après un yakiniku bien mérité, on file vers les terrasses d’Ameyoko, juste à côté de la station de métro d’Ueno. C’est à l’autre bout de la Yamanote Line, la ligne de métro qui encercle Tokyo et sert de guide à tous les touristes débutants.

article1-photo3

Pour ceux qui ne connaissent pas Ameyoko, c’est peut être un des quartiers les plus susceptibles de plaire aux français que nous sommes. Dans une ambiance chaleureuse, les terrasses s’enfilent : Les salary-men, les couples d’amoureux et les touristes se mélangent entre les « nama biru », bières pressions qui recouvrent les tables.

article1-image2

Cette mise en bouche n’est qu’un petit goût des charmes de Tôkyô, mais tant pis, il faudra revenir. Notre voyage commence dès demain et il nous emmène loin de la capitale…

Sarah Didion

Crédit photo Chung-Hee Jee
Retrouvez-le sur les réseaux sociaux !
Facebook / Twitter / Instagram / Tumblr