Aaaah, les kimonos. De superbes vêtements traditionnels japonais qui forment presque une symbiose avec qui les portent, au point qu’on ne sait si le modèle est mis en valeur par le kimono ou l’inverse.C’est aussi pour la plupart d’entre nous, un des objets qui apparaissent immédiatement à l’esprit quand on pense « Japon ».

Kimono traditionnel pour mariage.

Cependant, il n’est souvent porté qu’en des occasions formelles ou pour certains évènements (les japanophiles penseront notamment aux divers festivals) et le port du kimono est pétri de règles complexes dans la façon de le mettre ou le porter. Même si de nombreuses jeunes japonaises tentent de s’affranchir de ces règles et portent le kimono comme elles l’entendent, la mode et les habits occidentaux sont les plus courants et adoptés dans la société japonaise.

Ce qui amène le ministère de l’économie, du commerce et de l’industrie (MECI) à réfléchir à l’instauration proche d’une « journée du kimono » afin d’encourager tous ses employés à porter, ce jour là, l’habit traditionnel. Ainsi, chacun pourra porter le kimono au travail et d’autres ministères envisagent de se joindre au MECI.

Le kimono est sexy. Il n’est pas le seul.

Pourquoi cette journée du kimono ?
Eh bien, l’industrie traditionnelle n’est pas vraiment au beau fix ces dernières décennies. En 30 ans, on est passé d’un chiffre d’affaires d’1,800 milliards de yens en 1982 à 300 milliards cette décennie.
Une chute stratosphérique, donc. De plus, après quelques enquêtes auprès d’hommes et de femmes ont révélés un grand intérêt pour le port du kimono (environ 80% des 11000 interrogés souhaiteraient en porter à nouveau).
Qu’est ce qui les en empêche alors, me direz-vous ?
C’est bien simple mon cher lecteur, c’est tout simplement parce que, comme dit plus haut, UNE TONNE DE RÈGLES existe et les intéressés ne savent plus où donner de la tête. De plus, les interrogés estiment aussi que c’est un vêtement bien trop coûteux pour eux. Du coup, le plus souvent, les kimonos sont loués.

Ainsi, la journée du kimono permettra à la jeunesse japonaise de se refamiliariser avec le kimono mais ce sera aussi une bonne façon de pouvoir promouvoir celui-ci auprès des touristes étrangers (12,5% de ces derniers souhaiteraient en porter, celui une étude de 2013).

A quand Akiba rempli de kimonos ?

Je souhaite à l’initiative du MECI tout le succès du monde, car qui ne voudrait pas davantage de beaux kimonos portés par d’aussi beaux modèles, masculins comme féminins (et ça doit être super confortable en plus…) ? J’espère aussi que les règles stricts passeront en second plan et que plaisir du port sera le plus important. Après tout, peu importe le flacon tant qu’on ait l’ivresse, non ?

Tom