Connaissez-vous le butô ? Cette « danse du corps obscur » est née au Japon dans les années 1960 en réponse aux traumatismes causés par la seconde guerre mondiale, que les arts traditionnels du nô et du kabuki sont impuissants à exprimer. Les artistes dansant le butô sont presque des performeurs, et il y a autant de formes de butô que de danseurs et danseuses : le style se caractérise par sa lenteur, son minimalisme, son côté viscéral ; ce qui est demandé aux danseurs, c’est de fouiller dans leurs tripes pour en tirer des expressions de l’universel.

Utt C ariadone SOLO DE CARLOTTA IKEDA INTERPRETE MAì ISHIWATA
(c) Frédéric Desmesure

« UTT est un voyage, l’iti­né­raire d’une femme de la vie à la mort, ou peut être de la mort à la nais­sance. UTT est un cri, une ono­ma­to­pée, comme si on rece­vait un coup brutal dans le ventre. »
Carlotta Ikeda

(c) Frédéric Desmesure
(c) Frédéric Desmesure

Les jeudi 28 et vendredi 29 mai, la maison de la culture du Japon organisait deux soirées en hommage à la danseuse et chorégraphe de butô Carlotta Ikeda, avec la représentation d’ « UTT », pièce emblématique de la compagnie Ariadone, créée à l’origine par Ikeda et Ko Muroboshi en 1981. Cette nouvelle version de la pièce, transmise par Carlotta Ikeda à l’interprête Maï Ishiwata, s’est adaptée au monde moderne afin de continuer à en exprimer le sens, d’y ajouter de nouvelles nuances et de permettre à la nouvelle danseuse d’utiliser sa propre sensibilité pour se l’approprier.

De la petite fille joueuse à la femme mûre, du bébé maladroit à l’être vieillissant et mourant, Maï Ishiwata nous a livré un portrait intemporel de femmes à diverses étapes de leur vie, dans des tableaux grotesques, dérangeants ou poétiques. L’artiste était impressionnante de concentration, sa capacité à déformer totalement ses traits, baignée dans une lumière quasi mystique, donnant l’impression de voir différentes personnes sur scène d’un instant à l’autre.

Florence Rivières

U
(c) Frédéric Desmesure

La MCJP organisera de nouvelles représentations de butô au cours du mois de juin, dansées par la compagnie Dairakudakan : « Ode à la chair » les 4, 5 et 6 juin, « La planète des insectes » les 11, 12, 13, 18, 19 et 20 juin, à 20h.
Toutes les informations pour aller découvrir cette discipline via la plus ancienne compagnie de butô sont ici.